Alors ? Comment vous a paru cette BD ? Le ton est un peu étrange, un peu trop optimiste, ça fait « infomercial », non ?

Hé bien c’est tout à fait ça. Cette BD est une commande que j’ai réalisé en juillet dernier pour le compte de Leroy Merlin. Il y a quelques mois, avec l’annonce de Super Basse Def, je m’étais fendu d’un texte qui expliquait pourquoi il m’était maintenant impossible de faire une BD pour moi convenablement, où je serais seul aux commandes (je vous invite à relire ça). La réalité désormais est qu’il n’y a pour moi que ce genre de collaboration qui me permette de pouvoir faire de la BD dans des conditions financières normales. C’est un peu triste, mais je prends ça comme une forme de challenge, et j’essaie d’insuffler un maximum d’idée et de personnalité, autant que faire se peut.

Pour mieux comprendre le contexte de la création de cette BD, voilà un topo que Leroy Merlin a rédigé : « Ce récit graphique a été initié dans le cadre du chantier de recherche LEROY MERLIN Source Premiers logements, premiers chez-soi : construire son identité d’habitant, piloté par Émile Hooge (Nova 7), consacré à la manière dont de jeunes habitants deviennent progressivement indépendants dans leurs manières d’habiter. Les conclusions de cette recherche ont servi de socle à un atelier prospectif, qui a permis à des professionnels de l’habitat de se projeter sur le thème Habiter demain, décliné sur plusieurs axes : co-living, habitravail, habitat DIY, habitat service. »

Grosso modo, avec Mathieu Diez (excellent directeur du non moins excellent Lyon BD Festival), nous avons assisté à un atelier avec quatre groupes de travail dont sont ressortis un certain nombre de concepts sur l’idée que l’on se fait de notre habitation dans un futur à moyen terme. C’était rigolo de voir que très souvent ce sont des idées dystopiques et/ou totalitaires qui ressortent. Naturellement, Leroy Merlin ne cautionne pas trop ça et essaie d’y ajouter un côté positif, mais ça ne fonctionne pas toujours. C’est à se demander si la science-fiction n’a pas inculqué inconsciemment des prospectives apocalyptiques malgré nous. Ou alors ce genre d’idées nait naturellement dès qu’on travaille en groupe. Bref, c’est l’histoire de l’œuf ou la poule, mais quoi qu’il en soit, je n’ai pas ressenti un énorme optimisme à l’issue de cet atelier.

Pour ceux qui veulent aller plus loin sur ce thème de l’habitat, Leroy Merlin m’a laissé ce lien vers la page de leurs recherches.